tumblr_pcn0lh5zVI1ui6xv1o1_540[1] (2)3

Le premier livre que j'ai lu c'était Pierre et le Loup, un conte musical que j'avais reçu en cadeau de Noël. Je devais avoir 9 ou 10 ans et je n'avais jamais rien vu ni entendu de si beau. C'était effrayant, exaltant, chaque fois que je tournais les pages et que j'écoutais la musique, j'étais instantanément transportée ailleurs. J'ai tellement passé le vinyl que j'en ai usé les sillons. Quant aux pages du livre, elles étaient toutes écornées à force d'être tournées.

Je me suis dit que c'était trop bien et que l'aventure ne pouvait pas s'arrêter là. Mais il n'y avait pas de livres chez moi, et la bibliothèque la plus proche se trouvait à plus de 10 km. J'en ai donc parlé à mon instituteur qui m'a tout de suite proposé de me prêter des ouvrages. J'ai donc découvert Alphonse Daudet, La Contesse de Ségur, Jules Verne, Jack London, mais aussi les aventures d'Alice Roy de la bibliothèque verte, autant de récits que je dévorais avec enthousiasme.

Je m'étais découvert une passion, et surtout je n'étais plus seule, j'avais des amis. Tous ces livres étaient devenus mes amis, et tous les endroits dans lesquels je m'isolais pour lire - le grenier, le vieux lavoir, les branches d'un pin centenaire - étaient devenus des refuges. Pour une petite fille timide et sauvage comme moi cela représentait un monde interdit dans lequel je ne laissais entrer personne, un espace de liberté , un univers rien qu'à moi.

A mon entrée en 6ème je me suis inscrite au club de lecture pour découvrir de nouveaux styles et de nouveaux auteurs. Tout se passait très bien jusqu'à ce qu'on nous demande de faire publiquement le résumé et la critique de nos lectures. J'en étais incapable. Je ressentais intensément ce que je lisais, mais intérieurement, il m'était impossible de l'exprimer, encore moins devant une assemblée. On m'a laissée à peu près tranquille jusqu'à la fin de l'année scolaire, mais au moment de s'inscrire pour l'année suivante, on m'a bien spécifié que si je ne me pouvais pas me soumettre à cet exercice imposé, je serai exclue. Je n'y suis donc pas retournée.

Les livres ont continué à m'accompagner tout au long de ma vie. Et même si je les ai un peu délaissés parfois, par manque de temps, par manque d'envie, je ne reste jamais bien longtemps sans caresser leurs pages et me perdre entre leurs lignes. Depuis peu, j'ai replongé dans la boulimie, et j'en dévore un à deux par semaine, parfois plus. Quand on aime on ne compte pas.