i285134164471792778

 

 

Morte parce qu'elle est née fille, parce que dans son pays les femmes n'ont pas le droit au plaisir. Elles ont le droit de travailler, d'enfanter, de donner du plaisir à leur époux, mais elles n'ont pas le droit de jouir. L'orgasme est péché.

Dans certains pays, même si elle est illégale, l'excision se pratique toujours. Elle n'est pas considérée comme une violence faite aux femmes, mais comme une tradition, une exigence religieuse. Ce n'est ni plus ni moins qu'une mutilation, un acte de torture pratiqué bien souvent sur des enfants. Une petite fille de 12 ans en est morte, allongeant la liste de toutes les petites victimes de la cruauté humaine.

Bien que la lecture de l'article m'est insupportable, je la poursuis et j'apprends que dans ce pays 3600 fillettes sont excisées chaque jour, 3600 petites filles innocentes à qui on vole le corps et les droits. J'ai relu ce chiffre plusieurs fois, parce que je n'y croyais pas. Mais c'est la triste et effarante vérité.

Parmi ceux avec qui j'en ai parlé aujourd'hui, certains m'ont répondu que ça ne se passait pas chez nous (qu'est ce qu'on en sait?), que c'était une pratique rituelle ancrée dans une religion et qu'on n'avait pas à juger. Je ne juge pas, je m'insurge. Contre toutes les horreurs que l'on commet au nom d'une religion, quelle qu'elle soit, et l'interprétation barbare qu'en font les hommes. Je m'insurge et je m'élève contre toutes les formes de violences faites aux femmes partout dans le monde. En 2020 il n'est toujours pas bon de naître femme, de n'être qu'une femme.